3 bonnes raisons de préparer un plan B

3 bonnes raisons de préparer un plan B

3 bonnes raisons de préparer un plan B

Par Laurence Bourgeois, 10 avril 2018

D’expérience, j’ai pu constater que trois situations (vous me direz dans notre espace d’échange si vous en avez identifié d’autres !) étaient susceptibles de faire changer notre fusil d’épaule. Vous pourrez les découvrir dans “Les gens heureux ont toujours un plan B. D’ici-là, quelques pistes :

En cas de changement

Dès que l’on prend conscience que le changement est une variable incontournable dans l’existence, le concept de plan B s’impose de lui-même : plus qu’une nécessité, il devient une composante vitale. Puisque vous ne pouvez rien déterminer une fois pour toutes (c’est vrai au cours d’une carrière, à la naissance d’une relation à deux, d’un enfant, au démarrage d’un projet…), votre objectif : anticiper les changements pouvant modifier vos habitudes et vous faire dévier de votre route. Il en est notamment ainsi de tous ces événements qui vous chuchotent à l’oreille que vous n’êtes pas infaillibles ou immortels : la maladie, le décès d’un proche, l’incapacité professionnelle, le chômage (et, avec lui, l’immense gêne occasionnée par la difficulté de répondre à la question : « Et dans la vie, tu fais quoi ? »).

En cas de blocage ou d’échec

A l’ère du « zéro défaut » et de la performance à tout crin, l’idée de ne pas atteindre vos objectifs vous rend malade, pas vrai ? Trop souvent, vous mettez la barre très haut et vous acharnez à la franchir, coûte que coûte. Attention, il n’y a qu’un pas pour que votre détermination ne se transforme en bêtise… Préférez anticiper : « Que faire si mes efforts débouchent sur un résultat en-deçà de mes attentes, voire sur rien du tout ? » N’attendez pas de sombrer dans la spirale de l’échec pour bifurquer.

En cas de trop-plein

Vous non plus, ne supportez plus votre petite vie réglée au millimètre ? Vous aussi, rêvez de sortir de votre rôle de collègue modèle ou de mère de famille dévouée ? Vous enragez d’être payé au lance-pierre bien que bardé de diplômes ? La pollution vous sort par les trous de nez et vous brûlez de vous exiler à la campagne ? Vous le sentez : vos limites sont atteintes. Combien de fois vous êtes-vous dit que cela ne pouvait plus durer ? Et combien de fois êtes-vous resté à vous lamenter, sans réagir ? Avant d’exploser de façon définitive, réfléchissez à votre plan B !

 

Votre avis ?